Communistes Paris
Communiqué de presse - 23 septembre 2021

Grève dans l’Éducation Nationale : des moyens pour la jeunesse !

École de l’égalité

Les rentrées se succèdent et se ressemblent : à nouveau, l’éducation nationale est sous-dotée pour faire face à la crise sanitaire et ses conséquences. Les syndicats n’ont eu de cesse d’alarmer Jean-Michel Blanquer sur le besoin de créer des postes supplémentaires. Las, le ministre poursuit sa politique austéritaire pour le service public. Coûte-que-coûte, il poursuit la suppression de postes : 1883 cette année. Sur Paris, ces suppressions de postes sont l’équivalent de deux collèges fermés en cette rentrée. Alors que la démographie est sensiblement constante, cette politique d’austérité est structurellement injuste. Et décorrélée du contexte actuel.

Et quel contexte ! Deux ans d’impréparation, d’improvisation permanente demandée aux enseignant·e·s, d’explosion des inégalités scolaires, d’enseignement dégradé… Plus que jamais le service public de l’Éducation a besoin de moyens supplémentaires pour rattraper le retard causé par la crise sanitaire et les errances du ministère. Plus que jamais les effectifs de personnels éducatifs doivent être renforcés !

De nombreuses solutions ont été proposées : création d’un collectif budgétaire pour la création de postes, augmentation des salaires, loi de programmation pluriannuelle pour un plan d’urgence, ouverture des listes complémentaires, augmentation du temps scolaire pour rattraper les retards éducatifs etc. Jean-Michel Blanquer est resté « droit dans ses bottes » et les ignore avec le plus grand mépris. Il avance au contraire ses pions et multiplie le recours aux heures supplémentaires et l’embauche d’enseignant·e·s contractuel·le·s.

Non seulement le gouvernement supprime des postes, mais en plus il augmente la précarité des personnels et dégrade la qualité du service public de l’enseignement.

Ce ne sont pas de miettes dont l’Éducation Nationale a besoin, mais d’effectifs renforcés : d’enseignant·e·s, de CPE, d’AED, d’AESH, de psychologues, de RASED, de personnels administratifs, techniques, de santé et sociaux. Mais aussi de revalorisation des salaires et de titularisations !

Pour Jean-Noël Aqua, « la politique du quoi qu’il en coûte s’est arrêtée aux portes de l’école. C’est la jeunesse – particulièrement des quartiers populaires – qui est ainsi sacrifiée sur l’autel d’une politique éducative de la sélection et de l’entre-soi. Quel contraste entre les cadeaux au privé – 7 millions sur Paris chaque année – d’un côté et l’austérité pour le public de l’autre ».

Les élu·e·s communistes de Paris répondront présent·e·s à l’appel de l’intersyndicale et manifesteront aux côtés des personnels enseignant·e·s pour exiger un plan d’urgence au ministère. La qualité du service public de l’éducation n’est pas une option. Elle est un devoir qui passe par un investissement massif dans le service public d’éducation au service de l’émancipation de toutes et tous, quelle que soit sa classe.

Sur le même sujet

A la Une

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire