Communistes Paris
Communiqué de presse - 31 août 2021

Capteurs CO2 : en attendant Blanquer

École de l’égalité

À quelques jours d’une rentrée scolaire marquée par les risques de reprise épidémique, le ministre de l’Éducation nationale s’est contenté d’encourager les collectivités à « la généralisation » des capteurs de CO2.

Une façon habile de se défausser du problème. Et in fine, de faire des économies sur la santé. Certes, l’installation de ces capteurs est de la responsabilité des collectivités, mais la dépense exceptionnelle devrait être couverte par la solidarité nationale.

Devant cette mise en danger des enfants, des parents et des personnels, les collectivités doivent agir. Et l’État doit être au rendez-vous.

Les avis des experts, des médecins, des scientifiques, des autorités sanitaires se suivent et se ressemblent : l’efficacité des capteurs n’est plus à prouver. Les syndicats et associations de parents d’élèves la réclament depuis plus d’un an. Alors pourquoi mégoter ?

Sur Paris, la dépense serait de 2 à 3 millions d’euros. Le groupe communiste n’a cessé, à l’occasion de différents Conseils de Paris, de demander leur déploiement le plus rapidement possible. Et de présenter ensuite la facture à l’État.

L’expérimentation parisienne couvrant 500 des 11.000 salles parisiennes est insuffisante. La vitesse supérieure aurait dû être enclenchée. Pour Jean-Noël Aqua, il « parait urgent d’accélérer la cadence et de ne pas attendre pour avancer sur la pose de capteurs sur l’ensemble de nos locaux ».

En cette rentrée marquée par tant d’incertitudes, nous le répétons, l’austérité nuit à notre santé. Il est temps de déployer massivement les capteurs de CO2.

Sur le même sujet

A la Une

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire