Communistes Paris

Naming : stop à cette pratique libérale

Vous connaissez notre combat contre le naming, il ne date pas d’hier. Depuis plus de dix ans nous sommes mobilisés sur la question, afin de lutter contre cette pratique toute droite sortie des cahiers du libéralisme de la droite.

Depuis le premier contrat en France conclu avec la construction de la MMArena au Mans en 2011, les namings se multiplient en pagaille : allianz riviera à nice, kindarena à Rouen, Matmut stadium à Lyon, Matmut Atlantique à Bordeaux, ou encore toutes les compétitions sportives. Même les équipements de proximité ne sont plus épargnés avec par exemple le terrain de basket Nike Air Jordan à Paris.

Dernière nouvelle en date : le stade Pierre Mauroy à Lille portera désormais le nom de Decathlon Arena !

Aujourd’hui, plus aucun bout de terrain ne doit échapper au sceau d’une marque. La prochaine étape, nous la connaissons déjà : les stations de métro et de bus ou les chevaux de course comme c’est déjà le cas dans d’autres pays, les squares, les bibliothèques, les musées ou les écoles ?

S’il n’y a pas assez de place dans les stades pour faire du sponsoring, il n’y a plus qu’à aller dans la tête des fans pour faire entrer les marques. Par ailleurs, ce n’est pas parce que cette pratique est désormais “très courante” comme le mentionne la délibération, qu’elle n’en reste pas moins très préoccupante.

Pourquoi en sommes-nous là ?

Grâce, ou plutôt à cause de Nicolas Sarkozy.

Parce que le naming traduit un processus de désengagement du financement public au profit du privé. Les collectivités locales, principales propriétaires des équipements sportifs et culturels, ont de moins en moins de ressources financières pour financer seules des enceintes dont les contraintes imposées par les instances sportives internationales ne cessent de croître.

Dès le début, l’équipe de Nicolas Sarkozy a inscrit le naming dans comme une "possibilité d’aider les clubs à assumer leur mutation vers l’entreprise de spectacle sportif, que la compétition économique et sportive exige" et "d’en finir avec la gestion publique des grands stades qui est un frein à cette mutation".

Au fond, il s’agit de concevoir les équipements comme une usine à fric.

Depuis plus de quinze ans, ces mêmes politiques libérales visent à réduire les budgets des collectivités et de l’État et ont permis l’appropriation de l’identité des stades par des entreprises privées pour les sortir progressivement du patrimoine public au détriment des populations, alors que les financements restent majoritairement publics.

C’est précisément l’objet du vœu que nous avons déposé au sujet des finances publiques et l’objet du rapport que nous rendrons public au mois de septembre prochain. Depuis des années, on constate une érosion massive des ressources des collectivités qui conduit à une perte totale d’autonomie. Il est urgent de trouver de nouvelles ressources afin de retrouver notre indépendance vis-à-vis de l’Etat, et vis-à-vis des multinationales.

Au-delà de cette privatisation, le naming pose une question d’ordre culturel, celle de la vente de l’espace public. Les stades, les salles de sports et de spectacles sont des marqueurs symboliques de la ville, leurs noms et architectures sont des repères urbains de notre civilisation au même titre que les places ou rues, et les événements qu’ils accueillent participent à la construction culturelle de la ville.

En nommant notre patrimoine vivant par le nom d’une personnalité ayant marqué l’histoire du pays, d’une ville ou du sport et de la culture, nous faisons un travail de transmission culturelle des luttes, des progrès, des conquêtes, des moments de joie qui ont jalonné l’histoire du peuple. Un travail politique, avec une dimension éducative et culturelle, qui participe à l’élaboration de notre patrimoine commun. Cette transmission, c’est celle des valeurs du sport, celle du pacte républicain.

Pour toutes ces raisons, nous avions proposé au conseil de Paris d’étudier la possibilité de donner le nom de Alice Milliat à la nouvelle Arena porte de la Chapelle. Cela aurait permis pour la première fois dans l’histoire de donner le nom d’une femme à un équipement olympique.

Ce choix n’a pas été fait et Adidas, au mépris des valeurs d’affichage portées par la multinationale, n’a pas non plus accepté le co-naming avec Alice Milliat.

Fidèles à notre engagement de longue date sur la question, nous voterons contre cette délibération.

Nicolas
BONNET
OULALDJ

Élu du 12e arrondissement au conseil de Paris

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire