Communistes Paris

« Les Parisiens subissent l’augmentation exponentielle du nombre de résidences secondaires et de logements vides »

Logement privé

Tribune parue dans le journal La Croix le 28 décembre 2022 pour le droit au logement et la taxation des logements vides à Paris.

Beaucoup débattent de la (légère) baisse de la démographie à Paris. Mais bien peu s’intéressent à la véritable cause de cette baisse : l’augmentation exponentielle du nombre de résidences secondaires et de logements vacants. Il y a moins d’habitants à Paris tout simplement parce qu’il y a de moins en moins de logements disponibles comme résidences principales. Et c’est un drame, quand on sait que des milliers de personnes sont à la rue en Ile-de-France, que des centaines de milliers attendent un logement social.

Il y a plus de 130 000 résidences secondaires à Paris et plus de 120 000 logements vacants. Pas moins de 250 000 logements vides ou très peu occupés. L’équivalent du 15e et du 16e arrondissement entièrement vides tous les soirs. Un vrai scandale pour le droit au logement. Le pire est que ces nombres augmentent. Il y a dix ans, il n’y avait selon l’Insee que 85 000 résidences secondaires et 110 000 logements vacants. En 10 ans, 55 000 résidences principales ont disparu.

Une question de fond est posée : quel droit doit primer ? Droit à la propriété ou droit au logement ? Le droit de posséder une résidence secondaire ou même un logement vacant en plein Paris - même si on ne l’occupe jamais quand on en a les moyens - ou le droit d’avoir un toit au-dessus de la tête tous les soirs ? Avec Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du logement, nous avons proposé dès 2013 d’augmenter la taxe sur les logements vacants, et créer une taxe spécifique sur les résidences secondaires en zones tendues.

De notre point de vue, le droit au logement doit primer sur le droit de la propriété. Il y a de plus en plus de personnes assez fortunées en France et dans le monde, qui ont les moyens de posséder un pied-à-terre à Paris même s’ils n’y passent que quelques jours par an, ou qu’ils le laissent vide. Mais si on laisse ces centaines de milliers de personnes assez aisées exercer librement leur droit de propriété, Paris comme les plus grandes villes du monde deviendront des villes invivables. Des villes dont les centres ne seront plus que des lieux d’exposition des signes extérieurs de richesses que constituent des logements vides.

A Paris, le droit au logement fait l’objet d’une politique municipale depuis bientôt dix ans. Son principe est simple : il faut un outil fiscal de régulation, une taxe, pour pénaliser les propriétaires qui n’occupent pas leurs logements dans les zones où la demande est très forte comme Paris. Et cette taxe doit être d’autant plus élevée qu’il y a des milliers de personnes qui sont en attente de ces logements. Elle doit être assez élevée pour décourager un maximum de propriétaires de laisser leurs logements vides alors que des personnes dorment à la rue juste à côté.

Le parlement a accepté en 2014 de créer une taxe d’habitation additionnelle pour les résidences secondaires dans les zones tendues, mais avec un taux plafond très faible (une surtaxe de 20% par rapport à la TH). La ville de Paris l’a mise en place immédiatement comme une centaine d’autres villes, dont la plupart à majorité de droite. Depuis 2014, nous demandons que cette surtaxe atteigne au moins 300% du montant de la taxe d’habitation et pour que la taxe sur les logements vacants soit aussi augmentée. Malheureusement en vain. Les députés ont toujours refusé de voter ces amendements, donc de libérer des milliers de logements, de faire baisser les prix de l’immobilier et d’offrir un toit à plus de mal-logés.

Leur refus s’appuie sur le principe de ne pas alourdir la fiscalité. Pourtant, ces outils fiscaux n’ont pas pour but de rapporter de l’argent, mais d’inciter les propriétaires à louer ou vendre leurs logements et donc à en gagner. Récemment à l’Assemblée, des groupes parlementaires encore plus nombreux se sont emparés du sujet et ont proposé des amendements. De très timides avancées ont été obtenues fin 2022 : une hausse de 35% de la taxe sur les logements vacants et un élargissement du nombre de communes pouvant mettre en place la taxe sur les résidences secondaires.

Dans ce contexte, l’augmentation de la taxe foncière décidée par la ville de Paris va permettre d’augmenter mécaniquement le taux de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Celle-ci va coûter en moyenne 3500 euros à plus de 130 000 propriétaires parisiens. Cela devrait (enfin) inciter plusieurs milliers d’entre eux à louer ou vendre leurs logements.

L’existence de ces centaines de milliers de logements vides ou très peu occupés est insupportable avant tout socialement, humainement. C’est aussi une aberration pour l’environnement : utilisons tous ces logements vides plutôt que d’avoir à construire encore plus de logements, à émettre encore plus de gaz à effet de serre, au moment où nous devons être toujours plus économes en termes de dépenses énergétiques pour affronter le réchauffement climatique.

Livre : Paris n’est pas à vendre, Propositions face à la spéculation (Avec Ian Brossat, ed. Arcane 17, 2013)

Pour retrouver l’actualité des élu.es communistes et citoyens du 20e, inscrivez-vous à notre infolettre

Jacques
BAUDRIER

Élu du 20e arrondissement au conseil de Paris

Sur le même sujet

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire