Communistes Paris

Ces morts que la République ne veut pas voir

Le 28 avril dernier avait lieu la commémoration en hommage aux personnes mortes au travail. A cette occasion, avec Bénédicte Dageville, présidente de l’ADECR 75, nous avons souhaité publier cette tribune adressée au président nouvellement élu : Emmanuel Macron.

Nous souhaitons l’alerter au sujet de ces morts, plus de 1000 chaque année en moyenne en France, dont on parle trop peu. Il s’agit également de remettre au centre du débat public la question de l’amélioration des conditions de travail qui, comme nous pouvons le constater sur diverses chantiers d’Île de France, se dégradent fortement.

“Je n’adore pas le mot pénibilité, car il donnerait le sentiment que le travail est pénible.” Ces mots, ce sont ceux d’un président qui a commencé son premier quinquennat par la casse du code du travail et la suppression des CHSCT. Ce sont ceux d’un Président qui méprise les organisations syndicales. Ce sont ceux d’un président qui, comme première mesure de son nouveau quinquennat, souhaite passer l’âge de la retraite à 65 ans.

Ce sont les mots d’Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron ignore la pénibilité au travail, au point même d’oublier qu’il y a encore aujourd’hui des personnes qui en meurent. Oui, dans notre pays, en France. Des travailleurs et travailleuses du bâtiment, du nettoyage, des ouvriers, des infirmières… : des femmes et des hommes qui, un matin, partent travailler et ne rentrent pas le soir. L’assurance maladie estime que plus de 1000 décès chaque année sont liés à des maladies professionnelles ou à des accidents du travail. Ce chiffre est probablement sous-estimé car il n’existe pas de comptabilité officielle des morts au travail.

Ces morts ne sont pas de simples accidents se produisant fortuitement. Plusieurs centaines de morts par an, cela ne peut relever de « la faute à pas de chance ». Le sujet des morts au travail recouvre un fait social lourd dont une des principales causes se trouve dans la dégradation des conditions de travail de nombreux secteurs d’activité. Le recours accru à la sous-traitance et les logiques de rendement des employeurs mettent les travailleurs et les travailleuses en danger, physiquement et moralement.

C’est le cas à Paris, ou le mois dernier est décédé Moussa Gassama des suites d’un accident lorsqu’il nettoyait les vitres du centre d’actions sociales de la Ville de Paris. C’est le cas pour les chantiers du Grand Paris express ou encore des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 qui, du fait du retard accumulé, ont vu le nombre d’accidents augmenter.

« La vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié. Il ne faut jamais l’oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties » disait Emmanuel Macron en 2016, sans une pensée pour celles et ceux, salariés, qui ont perdu la vie au travail.

Ce 28 avril, nous, élu∙e·s communistes, voulons rendre hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes qui sont partis un jour travailler et n’en sont jamais revenus. Cet hommage a pour but de rendre visibles ces morts. D’une part pour épauler leurs proches, leurs familles, leurs collègues qui se retrouvent souvent seuls avec leur peine. D’autre part pour mettre au jour ce fait social lourd, pour renouveler un engagement collectif pour améliorer la santé et la sécurité au travail, pour appuyer et encourager le travail essentiel des organisations syndicales.

Signataires :

Bénédicte Dageville, présidente de l’Association Des Elus Communistes et Républicains Paris (ADECR 75)
Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe Communiste et Citoyen au conseil de Paris

Bénédicte
DAGEVILLE

Élue du 11e arrondissement

Nicolas
BONNET
OULALDJ

Élu du 12e arrondissement au conseil de Paris

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire