Communistes Paris

Augmentation du temps de travail : un contre-sens historique !

Les vacances, un droit universel

La question du temps de travail des agents revient à nouveau sur la table. Une fois de plus. Vous connaissez déjà notre point de vue, et vous n’apprendrez rien si je vous dis que nous considérons cette loi de la transformation de la fonction publique comme une attaque contre les droits des agents.

Quand notre président transforme, il détruit. Un magicien raté qui change l’or en plomb. Sa transformation de la SNCF, c’est la destruction du service public du rail. Sa transformation de l’orientation des lycéens, c’est le tri à l’entrée des universités. Sa transformation du système du chômage, c’est l’augmentation du nombre de travailleurs pauvres.

Rien d’étonnant à ce que sa transformation de la fonction publique vise finalement à la détruire.

Oui, le sujet revient une fois de plus sur la table.

Pourquoi “une fois de plus” ?

Car la question aurait pu être réglée depuis bien longtemps si nous n’avions pas bataillé pour les agents. Nombreuses sont les collectivités qui ont appliqué sans sourciller la loi, parfois même de façon préventive.

Car à droite de notre hémicycle, on ne se pose pas la question des éboueurs qui ont une expérience de vie inférieure de 20 ans à eux. On ne se pose pas la question de ces agents de la direction des affaires scolaires, de ces puéricultrices qui se retrouvent avec le dos cassé à 50. On ne se pose pas la question des agents de la Police Municipale de plus de 55 ans qui vont devoir intervenir sur le terrain.

Quand on ne se pose pas de question, c’est toujours plus simple. Mais je vous mets au défi d’aller passer ne serait-ce qu’une journée aux côtés des agents de propreté et nous verrons si vous souhaitez augmenter le temps de travail !

Oui, le sujet revient une fois de plus car nous avons bataillé contre cette réforme. Et nous continuons la bataille. Cette réforme, nous n’en voulions pas en 2019, nous n’en voulons toujours pas aujourd’hui. Grâce à la mobilisation des agents de la Ville, de l’intersyndicale, de la CGT, ainsi qu’au travail de concertation, un accord au conseil de Paris du mois de juillet 2021 avait permis de limiter la perte de jours de congés prévus par la loi.

Depuis, les péripéties se sont succédé : le tribunal administratif a rejeté la sujétion Ville-Capitale permettant de limiter la perte de ces jours de congés. Revenus au point de départ en novembre dernier, nous vous avons proposé d’agir rapidement afin de trouver les ajustements possibles au niveau des sujétions. Des ajustements nécessaires pour impacter au minimum les conditions de travail des agents.

Aucun amendement n’avait été retenu à cette époque.

Depuis, les négociations ont à nouveau permis quelques avancées pour de nombreux agents par le déplafonnement des jours de RTT, la juste augmentation du niveau de sujétion pour une partie d’entre eux, et la création d’une nouvelle sujétion.

Mais le compte n’est pas encore là. Car trop nombreux sont les agents qui vont devoir travailler plus. Et pour certains d’entre eux, cela veut tout simplement dire vivre moins longtemps.

Il est loin le temps du COVID, le temps des premiers de corvée héros de la nation, des applaudissements et du quoi qu’il en coûte.

Au groupe communiste, nous continuons de batailler pour eux. Car cette histoire nous montre que ce qui n’est parfois pas possible en novembre le devient en janvier.

Nous persistons donc et vous proposons une série d’amendements que mon collègue Jean-Philippe Gillet vous présente ci-dessous :

nous pensons que le panel de mesures pour protéger les agents de cette augmentation du temps de travail peut encore aller plus loin. C’est pourquoi nous avons fait le choix de déposer différents amendements qui répondent aux besoins des agents de la Ville.

Le premier concerne la pause méridienne. Nous pensons qu’il est important que chaque jour, les agents de la Ville puissent avoir accès à un repas équilibré, moins carné, répondant aux prescriptions du circuit court et du développement durable, avec des produits bio aux tarifs accessibles au plus grand nombre, notamment aux revenus les plus modestes. Et les restaurants administratifs sont le moyen d’offrir cette alimentation aux agents.

Il y a ici un double intérêt : donner accès aux agents à des lieux de restauration de bonne qualité, et garantir la viabilité des restaurants administratifs par une forte fréquentation.

Nous proposons donc une mesure simple, qui a d’ailleurs été mise en place par la Préfecture de Paris sur laquelle nous souhaitons exceptionnellement prendre exemple. Il s’agit de pouvoir prendre en compte un décompte spécifique du temps de trajet sur la pause méridienne pour l’ensemble des agents par l’installation de badgeuses sur les lieux de restauration. Concernant les lieux qui ne pourraient en être équipés, une régularisation du temps de pause méridienne pourrait avoir lieu.

Ensuite, nous proposons un second amendement afin de prendre en compte l’âge des agents de la Ville dans les critères de pénibilité. Oui, il existe une usure professionnelle dans certains métiers. L’exposition prolongée à certaines contraintes de travail endommagent les capacités des agents à réaliser leur mission, jusqu’à causer des accidents de travail. Il y a donc un effet négatif sur la santé entraînant un effet néfaste sur les performances de la Ville.

Aujourd’hui, l’âge moyen des agents de la Ville est de 47,5 ans. Cet âge moyen augmente années après années et nous devons en tenir compte. Nous proposons que tous les agents exerçant des métiers manuels ou physiques et âgés de plus de 50 ans puissent bénéficier d’une sujétion 1, et que les autres catégories de personnels âgés de plus 55 ans puissent également bénéficier de cette sujétion.

Enfin, nous proposons également un ajustement des sujétions pour deux catégories d’agents. Le premier ajustement concerne les adjoints techniques en poste dans les brigades de voirie du service de maintenance de l’espace public. Ces agents passent l’essentiel de leur temps sur la voirie parisienne, en extérieur, dans des conditions correspondant aux critères de sujétion de niveau 3, c’est à dire “travail insalubre ou dangereux en extérieur ou en milieu confiné”.

Le second ajustement concerne les aides à domicile du CASVP. Cette profession est à 97% composée de femmes au niveau national. Ce sont elles qui ont fait partie des exclues du ségur. Nous ne souhaitons pas qu’elles soient désormais les oubliées des sujétions. Certes, leur niveau a été augmenté, mais bien en deçà de la réalité correspondant à la pénibilité de leur travail.

Ces agents cumulent en effet le travail isolé, le port de charges et manutention, le travail en itinérance, le cumul de nombreux week-ends travaillés, la pénibilité psychique. Considérant ce cumul exceptionnel, nous vous proposons d’attribuer à ces agents une sujétion de niveau 3.
Pour terminer, nous avons bien conscience que cette réforme, personne sur les bancs de la gauche ne l’a souhaitée ni ne l’a votée. Mais aujourd’hui, nous pouvons limiter la casse pour une grande partie des agents de la Ville.

Jean-Philippe
GILLET

Élu du 19e arrondissement au conseil de Paris

Raphaëlle
PRIMET

Élue du 20e arrondissement au conseil de Paris

Sur le même sujet

En direct

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire