Communistes Paris

Restitution de la conférence citoyenne sur le P.L.U

Le Pari.s du renouveau démocratique

Madame la Maire.

Je voudrais tout d’abord remercier l’ensemble des citoyens qui ont participé à cette conférence citoyenne, qui ont soumis leurs idées sur la plateforme numérique et qui ont participé à la consultation. Je voudrais aussi remercier les deux personnes qui ont pris la parole. Je n’ai pas retenu leur nom mais leur prénom, Alexandre et Fatoumata.

Évidemment, l’enrichissement de la parole des citoyens est très important dans les travaux que nous allons engager sur ce P.L.U.

Je voudrais vous dire aussi, Madame la Maire, que cette révision du P.L.U. doit tenir compte évidemment de la parole des citoyens, évidemment de nos engagements de campagne, mais doit aussi tenir compte du contexte dans lequel nous vivons : un contexte marqué par la crise sanitaire, un contexte marqué par la crise économique, par la montée de la pauvreté.

Et puis c’est un contexte dans lequel la question du service public - je l’ai déjà dit lors du débat d’orientations budgétaires - est quelque chose d’important. Et la maîtrise du foncier, la maîtrise du P.L.U. est une question fondamentale puisque c’est une maîtrise publique.

Je voudrais enfin dire que - ma collègue l’a évoqué à travers la mixité - dans ce débat, nous devons bien sûr apporter notre réflexion sur un Paris dans sa globalité : tenir compte des questions d’emploi, de logement, de mobilité, des loisirs comme la culture, le sport, et mettre en cohérence l’ensemble des ambitions que nous avons portées dans notre campagne électorale, une ambition portée par les citoyens et en cohérence avec le contexte que j’ai évoqué. Je voudrais maintenant vous dire que pour les communistes, l’enjeu véritable de ce P.L.U. est de conjuguer à la fois les questions environnementales et les questions sociales. Les unes ne peuvent pas aller sans les autres.

Les défis que nous devons relever aujourd’hui sont ceux évidemment de la crise climatique et de la crise sociale. A travers les propositions qui sont faites dans cette conférence citoyenne, je voudrais insister, Madame la Maire, sur trois points. Evidemment beaucoup de choses ont été dites et je ne pourrai pas reprendre l’ensemble des propositions, mais ces trois points nous paraissent essentiels.

Le premier point est le développement du vélo, qui a pris une part très importante ces dernières années et qui demande des aménagements nécessaires avec les pistes cyclables, la sécurisation des cyclistes, une meilleure cohabitation de l’ensemble des usagers sur l’espace public qui est, à nos yeux, aussi indispensable que l’apprentissage et l’éducation par le vélo. Je voudrais d’ailleurs citer une opération que nous avons menée dans le 12e arrondissement avec la maire, Emmanuelle PIERRE-MARIE, qui est le savoir rouler à l’école. Quand nous mettons en oeuvre quelque chose qui transforme l’urbanisme, il faut l’accompagner d’autres politiques. Le savoir rouler est la capacité d’apprendre à l’ensemble de nos enfants à se déplacer en toute sécurité dans l’espace public. Je dis cela parce que notre P.L.U. amène des transformations d’urbanisme mais il doit aussi amener des politiques publiques. Nous en parlerons à l’occasion du budget mais je pense que nous devrions développer, dans le cadre de la Direction de la Jeunesse et des Sports, les moyens nécessaires pour développer le savoir rouler.

Le deuxième point abordé par les Parisiens est la relocalisation de la production, et c’est l’objet de nombreuses propositions que j’ai fait dans la M.I.E. que j’ai présidée sur le "Fabriquer à Paris". Favoriser la production locale et les circuits courts répond aux urgences climatiques et sociales. Le contexte de la crise économique et sociale et environnementale nous impose un changement de paradigme. Il nous semble important de poser la question de la maîtrise publique du foncier qui est le nerf de la guerre si on veut que des opérations de relocalisation puissent aboutir. La Ville de Paris doit continuer en positionnant fortement son compte foncier, en développant la maîtrise du foncier et de l’immobilier, et encore plus la commande publique. Je pense notamment à un sujet que nous avons tous en tête, c’est le quartier Bercy-Charenton. Vous le savez, à plusieurs reprises dans ce Conseil de Paris, je suis intervenu sur la gare inférieure de La Râpée - on les appelle les tunnels Baron Le Roy - sur laquelle nous devons avoir une vision très claire sur la relocalisation de la fabrication d’ailleurs en lien direct avec le fleuve et le rail.

Le troisième point, Madame la Maire, vous le savez, c’est un peu la marque de fabrique du groupe communiste, c’est la question du logement social. On ne peut pas réfléchir ce P.L.U. sans continuer à se donner les marges de manoeuvre pour construire du logement social. Beaucoup de Parisiens, beaucoup de salariés souhaitent pouvoir continuer à vivre et à travailler à Paris. La question du logement social est donc fondamentale. Les effets à moyen terme de la crise du Covid se poseront particulièrement dans ce secteur, comme le rappelait encore le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe ROBERT. L’offre de logement de la Ville de Paris relève de la place qu’elle souhaite laisser à certaines catégories de la population, à commencer par les plus précaires mais aussi les classes moyennes. Aujourd’hui, les prix du marché immobilier ne permettent plus à de nombreux Parisiens de rester vivre dans notre ville. Il est donc urgent - on ne cesse de le répéter et mon collègue Ian BROSSAT le dit - de créer les conditions pour que cela redevienne possible. Là encore, le compte foncier, la maîtrise du foncier et la préemption active doivent être mobilisés pour permettre la création et la construction de logements sociaux supplémentaires.

Mes chers collègues, je voudrais enfin revenir sur la concertation elle-même. Il me paraît indispensable, au-delà des citoyens qui ont été consultés, de consulter aussi les représentants du personnel, les syndicats, les représentants du patronat, les associations, le milieu associatif local, les conseils de quartier, le Conseil des générations futures, le Conseil parisien de la Jeunesse, le Conseil des étrangers communautaires ou hors communauté par exemple. Nous avons plusieurs leviers de démocratie participative et nous proposons évidemment d’activer l’ensemble de ces leviers pour que notre P.L.U. soit enrichi le mieux possible.

Enfin, il faudra aussi faire un effort important pour populariser nos travaux, populariser ce projet de modification du P.L.U. en utilisant les outils d’information.

Voilà, Madame la Maire, les grandes lignes d’un Paris ouvert sur l’avenir que nous engageons avec ces travaux et évidemment avec notre volonté de faire de Paris une ville écologique et populaire.

Pour ne rater aucune actualité, inscrivez-vous à notre infolettre :

Notre projet Nos priorités pour Paris

Qualité de l’air, alimentation, pics de chaleur... La question écologique est au cœur des préoccupations des Parisien·nes et parisiens.
Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont liées. Il est nécessaire de conjuguer tous ces enjeux pour construire un projet écologique pour Paris.
Ce sont des investissements ambitieux en matière de transport, de rénovation énergétique des bâtiments, d’alimentation, de végétalisation qui permettront de transformer la ville et (...)

Lire la suite

La ville de Paris est pleinement engagée dans la conduite de politiques publiques participatives. Conseils de quartier, budgets participatifs, consultations citoyennes, les habitant·es sont invitées à participer toujours davantage a la mise en place des projets municipaux. Mais nous devons encore renforcer cette co-construction. Communistes, nous avons la conviction que la construction dune politique est aussi importante que la politique elle-même. Si nous prenons conscience de cette nécessité, (...)

Lire la suite

Née de la volonté des collectivités de plus et mieux travailler ensemble, la Métropole aurait pu rester cette communauté de projets comme le souhaitaient la majorité des élu·e·s de la future zone métropolitaine.
Pourtant, cette Métropole du Grand Paris, comme toutes les autres métropoles françaises est mal née. Elle a été créée sans que réellement la population ait été associée aux choix et à la logique de sa création. Le groupe communiste à Paris avait demandé que la population soit consultée par référendum (...)

Lire la suite

Paris, la ville-monde, la place financière dont Emmanuel Macron et ses inspirateurs veulent faire une plaque tournante de la circulation des capitaux en rivalité avec Londres, Francfort, Zurich... sera-t-elle un des leviers de la mondialisation capitaliste et des fléaux qui l’accompagnent ? Où sera-t-elle, non pas une protection contre ces fléaux, mais un levier pour une autre perspective, qui permette a toutes celles et a tous ceux qui le souhaitent de bien vivre à Paris ?
En proposant d’agir (...)

Lire la suite

Pour être tenu au courant de l’actu de notre projet

S'inscrire